Partagez|

[Enedwaith] : La route vers Fangorn...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Anborn
Rôdeur de l'Ithilien

avatar
Informations
Messages : 30
Autres Comptes : Aucun
Niveau : 1
Réputation : Inconnu(e) (I)
Concept Majeur : Rôdeur de l'Ithilien
Trouble : Sadique
Aspects : - Guerrier Impitoyable
- Traque sa proie
- Maître dans l'art de la tromperie
DégâtsDégâts de base de l'arme (CàC) :15 +8
Dégâts de base de l'arme (Arc) : 15+8 ProtectionProtection de base de l'armure : 10+8
Rôdeur de l'Ithilien
Voir le profil de l'utilisateur
DuellisteBronze

Personnage
Santé:
100/100  (100/100)
Rangs:
RangsCompétences
Superbe
RemarquableCorps à Corps
BonTir, Tromperie
MoyenAthlétisme, Perception, Discrétion
PassableProvocation, Investigation, Effraction, Physique

Trésorerie Trésorerie: 300
Jeu 13 Aoû - 12:35
Citer EditerSupprimer
Le Voyage jusqu'a Lond Daer avait été d'une lenteur décourageante, et le notable qu'Anborn avait été chargé d'escorter, d'un tempérament particulièrement bavard. Un exercice qui tranchait brutalement avec le caractère mortellement silencieux des patrouilles que menaient les rôdeurs. Le gondorien était capable de rester patient, certes, mais le trajet avait manqué de très peu d’effriter sérieusement son capitale patience. Duinhir, le jeune rôdeur qu'il avait rencontrer en Ithilien quelques semaines plus tôt, semblait avoir mieux supporter le débit de paroles de l'homme.

A présent, le rôdeur descendait la route Nord-Sud, comme elle était si simplement appelée, en direction de l'Isen. A une allure plus soutenue. Fangorn était la destination finale d'Anborn. Certains au Gondor, semblait inquiet quant à l'ancienne forêt. D'ordinaire, le Gondor n'envoyait pas de rôdeurs si loin au nord, les rohirrims et le Royaume sylvestre étant plus près de la zone. Anborn aussi n'était particulièrement serein de devoir entrer dans Fangorn, là où les arbres bougeaient d'eux même. On disait d'eux d’ailleurs, que, fous de fureur ils avaient anéanti Insengard. En dépit de leur rôle dans la guerre de l'anneau, ils n'avaient que rarement interagit avec les autres royaumes et s'était cloitrés dans un isolationnisme qui laissé libre court aux rumeurs les plus folles. Qu'est ce qui avait bien pût décider le Gondor à prêter attention à une autre histoire émanant de ce lieu ? Contournant un talus couvert d'arbre, le rôdeur aperçut quelque chose qui lui fît stopper net sa monture...

Istarill
Envoyée de Oromë
Jeune Héritière Ñoldorin

avatar
Informations
Messages : 41
Autres Comptes : Aucun
Niveau : 1
Réputation : Inconnu(e)
Concept Majeur : Envoyée du Valar Oromë
Trouble : Cœur sensible
Aspects : - Jeune Héritère Noldorine
- Mage
- Forestière
DégâtsEpée longue elfique : 23
Arc composite en sapin: 28
ProtectionArmure renforcée d'écailles de vouivre : 15
Envoyée de OromëJeune Héritière Ñoldorin
Voir le profil de l'utilisateur

Personnage
Santé:
100/100  (100/100)
Rangs:
RangsCompétences
Superbe
RemarquableVolonté
BonCharisme, Discrétion
Moyen Connaissance, Défense, Empathie
PassableAthlétisme, Ressources, Tir, Corps à corps

Trésorerie Trésorerie: 200
Mar 18 Aoû - 17:02
Citer EditerSupprimer
Istarill avait effectué la traversée plongée dans une longue rêverie. Son esprit avait vagabondé de souvenirs en souvenirs, retraçant les évènements qui l’avaient entrainée ici. Etait-ce la bonne décision de partir pour une terre inconnue, de braver tous les dangers et d’affronter un péril à nul autre pareil alors qu’une vie paisible lui était promise ? Un autre aurait certainement pu s’en charger, plus sage, plus expérimenté, plus puissant. Pourtant c’était elle qui se retrouvait sur cette embarcation entourée de brumes, poussée par les vents. Elle ressentait autour d’elle la magie du Valar qui escortait son retour et la masquait aux yeux des périls marins, lui assurant un trajet serin sur une mer paisible. Pourtant ce serait seule qu’elle devrait faire face à son arrivée.

Elle avait voyagé encore plusieurs jours après avoir accosté sans parvenir à se décider. Elle ne connaissait rien de ces terres hormis ce qu’elle avait pu en apprendre dans les livres ou ce que les plus jeunes arrivés avaient pu lui en dire mais cela était fort peu pour accomplir une tâche comme celle qui lui était dévolue : mettre en échec les sombres machinations des séides du Seigneur Noir. Elle se sentait appelée vers une destination et sans doute ses questions trouveraient réponse à son arrivée mais en attendant le doute l’étreignait.

Elle connaissait bien ce doute, celui de ne pas être à la hauteur d’une tache. De devoir se confronter à quelque chose qui la dépassait et obstinément, avec persévérance, y faire face et le surmonter, pas-à-pas,  étapes après étapes, jusqu’à accomplir ce qui lui semblait inaccessible à ses débuts.

Elle souffla longuement, rejetant ses craintes pour se concentrer sur la seule chose qui devait la préoccuper : comment réussir ? Il fallait dans un premier temps en apprendre plus sur les évènements qui avaient agité la Terre du Milieu ces dernières décennies. Qui étaient les puissants de cette époque, comment régnaient-ils, seraient-ils des obstacles ou des aides.  Ensuite, les décisions viendraient. Bonnes ou mauvaises, elle les assumerait et construirait une voie vers l’avenir.

Une autre crainte l’agitait : comment différencier le bon du fourbe ? Les serviteurs de Melkors seraient présents partout très certainement infiltrés, rongeant le cœur et la politique des hommes d’un fiel insoupçonné. Elle avait retenu la leçon des Anciens : même un puissant comme Saroumane le Blanc avait été déchu. Tous pouvaient faillir. Il lui faudrait avancer avec fermeté mais raison, sans préjuger de ses forces ou de celles des autres. Même les plus petits, les plus insignifiants, les plus torturés pouvaient faire naitre un acte de bien. Cela aussi elle ne l’avait pas oublié.

Istarill était ainsi perdue dans ses pensées. Au milieu du sous-bois, à quelques mètres de la route traversée parfois d' animaux sauvagesPNJ mineur - Animal commun des forêts : loup, ours, renard, oiseaux... , elle s’était assise sur une pierre plate couverte de mousse pour admirer la nature. Quelques geais y chantaient, libres de toute crainte, et bercée par leur mélodie, les minutes avaient défilées. Elle sortit quelques miettes et graines qui lui restaient et les offrit aux oiseaux pour qu’ils puissent s’en restaurer. Sans crainte, ils étaient venus se poser dans sa main  et sautillaient maintenant sur ses épaules et genoux.

Elle avait adopté pour le voyage une tenue pratique composée de bottes de cuir souple montant aux genoux, d‘un pantalon de toile fine aux teintes d’écorce de sapin et d’une chemise du même vert que les pins tombant en jupette sur le haut des cuisses, tenue à la taille par une ceinture de fils de bronze tressés. Son armure de vouivre, dont les arrêtes des écailles étaient légèrement dentelées,  semblait passer par toutes les teintes du bronze. Ecailles d’un de vert-de-gris profond en leur centre, elles viraient en s’éclaircissant vers leur bordure pour devenir dorées et prendre des reflets rougeoyant aux pointes. La chemise était quant à elle ajustée au plus près le long des bras par de minces lanières de cuir bruns, dessinant un laçage élégant qui ajourait un chemin de peau. Quelques mèches blondes enfin se dévoilaient de sous la cape et tombaient sur ses genoux, laissées libres par le fin diadème qui décorait son front.

Les oiseaux s’envolèrent et elle chercha du regard ce qui avait pu les effrayer. A quelques mètres derrière elle se tenait un homme à cheval qui l’observait. Il était trop tard pour le fuir maintenant. Son épée reposait à sa portée, posée contre la pierre où elle se reposait et ton arc était en bandoulière mais l’homme ne semblait pas hostile pour le moment.

« Bonjour voyageur. »

« J’étais perdue dans mes pensées, les geais vont ont entendu arriver avant moi. »

Elle parlait parfaitement la langue des hommes mais son accent elfique était évident. Peut-être même était-il discernable par une oreille entraînée que cet accent était étrange même pour une elfe.


Anborn
Rôdeur de l'Ithilien

avatar
Informations
Messages : 30
Autres Comptes : Aucun
Niveau : 1
Réputation : Inconnu(e) (I)
Concept Majeur : Rôdeur de l'Ithilien
Trouble : Sadique
Aspects : - Guerrier Impitoyable
- Traque sa proie
- Maître dans l'art de la tromperie
DégâtsDégâts de base de l'arme (CàC) :15 +8
Dégâts de base de l'arme (Arc) : 15+8 ProtectionProtection de base de l'armure : 10+8
Rôdeur de l'Ithilien
Voir le profil de l'utilisateur
DuellisteBronze

Personnage
Santé:
100/100  (100/100)
Rangs:
RangsCompétences
Superbe
RemarquableCorps à Corps
BonTir, Tromperie
MoyenAthlétisme, Perception, Discrétion
PassableProvocation, Investigation, Effraction, Physique

Trésorerie Trésorerie: 300
Mer 26 Aoû - 15:03
Citer EditerSupprimer
Anborn tira sur les rênes de son cheval pour le stopper net. Une femme, assise sur un rocher, tourna la tête dans sa direction lorsque les geais qu'elle semblait avoir observé prirent leur envol. C'était une jolie jeune femme, mais il en fallait plus pour endormir la nature méfiante d'Anborn.

« Bonjour voyageur. »

« J’étais perdue dans mes pensées, les geais vont ont entendu arriver avant moi. »

Le rôdeur observa la jeune femme pendant plusieurs secondes avant de répondre. Elle était armée : une épée, d'une facture très intéressante d'ailleurs, reposait sur le rocher à côté d'elle, à portée de sa main. Elle portait également un arc, qui n'était de tout évidence pas l'oeuvre d'un gondorien, d'un rohirrim ni même des hommes de Dale. Les elfes sylvains étaient les seuls candidats possibles pour ces ouvrages. Elle maîtrisait la langue des hommes mais avec un accent étranger. C'était la première elfe que voyait Anborn, et pour cause : la plupart avait depuis longtemps quitté la Terre du Milieu, les autres ne quittaient pas la Lothlorien ou le Royaume Sylvestre. Le silence régnait déjà depuis quelques secondes, aussi le rôdeur y mit-il fin :

- Bonjour à vous. Vous êtes bien loin de chez vous.

Anborn se rapprochait, un peu, avant de stopper son cheval un nouvelle fois à une distance raisonnable de l'étrangère. Les elfes n'étaient pas un peuple réputé agressif ou violent, mais un rôdeur ne vivait que rarement aussi longtemps qu'Anborn sans faire preuve d'un minimum de circonspection. L'observant de plus près, il vît le diadème sur son front, une chose qui, avec sa beauté saisissante et son accent particulier, ne trompait pas grand monde sur ses origines. D'Ordinaire, Anborn n'avait que faire des voyageurs qu'il rencontrait, mais une elfe qui voyageait si loin de tout foyer de ses compatriotes l'intriguait...

- Que fait vous ici ?

Istarill
Envoyée de Oromë
Jeune Héritière Ñoldorin

avatar
Informations
Messages : 41
Autres Comptes : Aucun
Niveau : 1
Réputation : Inconnu(e)
Concept Majeur : Envoyée du Valar Oromë
Trouble : Cœur sensible
Aspects : - Jeune Héritère Noldorine
- Mage
- Forestière
DégâtsEpée longue elfique : 23
Arc composite en sapin: 28
ProtectionArmure renforcée d'écailles de vouivre : 15
Envoyée de OromëJeune Héritière Ñoldorin
Voir le profil de l'utilisateur

Personnage
Santé:
100/100  (100/100)
Rangs:
RangsCompétences
Superbe
RemarquableVolonté
BonCharisme, Discrétion
Moyen Connaissance, Défense, Empathie
PassableAthlétisme, Ressources, Tir, Corps à corps

Trésorerie Trésorerie: 200
Mar 1 Sep - 21:22
Citer EditerSupprimer
Eru avait donc décidé de ma première rencontre dans les Terres du Milieu et il s’agissait d’un homme inquiétant. De haute stature, au visage émacié, il avait quelque chose du prédateur.

Malgré sa fine corpulence, il se dégageait de lui quelque chose de dangereux, une impression créée par une légère nervosité du geste ou sa façon de surveiller les alentours sans me quitter des yeux. Même sa voix semblait curieusement détachée et froide et n’encourageait pas aux confidences : il était difficile de jauger de ses intentions ou de son amitié aussi décidais-je de rester prudente lorsqu’il avança son cheval. Si sur un premier abord j’avais du juger de cette rencontre, j’aurais décidé qu’elle était mauvaise, mais peut-être ces terres avaient-elles profondément changé ?

« Bonjour à vous. Vous êtes bien loin de chez vous. Que faites-vous ici ? »

« Je suis en voyage. Je dirige mes pas vers le Rohan où j’espère faire une halte à Amon Tirith, sans doute au sein de la cité aux murailles blanches  et y voir l’arbre qui a refleurit. »

Le laissais passer le temps de quelques battements de cœur et repris.

« C’est un voyage assez long encore pour qui voyage à pieds mais qui se fait sans difficultés pour peu que l’on évite les mauvaises rencontres et que l’on prenne son temps.»

Avant d’aller plus loin je devais m’assurer des intentions de mon interlocuteur.

« Je vous vois vous-même fort équipé pour un voyageur et le visage masqué, sans doute contre la poussière des chemins, vous rendez-vous donc vers l’Isengard ou peut-être plus loin encore vers les terres du Gondor ? Je me suis laissée dire que la région était plus agitée qu’elle ne le fut il y a quelques années. »

Je restais prudente, sans trop m’avancer sur mes intentions, à la fois car j’ignorais où mes pas me menaient réellement mais également car je ne souhaitais trop en dévoiler sur la raison de ma présence ici. Peut-être une fois que nous aurions étés présentés ou que ses intentions m’apparaitraient plus clairement ? Peut-être même pourrait-il m’en apprendre un peu plus sur la région et sur les évènements les plus récents ?

Je me relevais et sans hostilité aucune, remis mon fourreau au côté avant d’attendre son éventuelle réponse.

Au loin, il me semblait entendre d’autres pas se rapprocher. Etait-ce des voyageurs, marchands ou d’autres hommes comme luiPNJ pouvant se trouver raisonnablement sur la route, joueur lassé d'attendre :D , peut-être armés. Je me demandais si j’étais en danger, sans savoir dans quelle direction pencher.

Contenu sponsorisé


Citer EditerSupprimer

Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-