Partagez|

Gabriel [Terminé] [v]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Gabriel
Nouveau

avatar
Informations
Messages : 23
Autres Comptes : Aucun
Niveau : 1
Réputation : Inconnu(e) (I)
Concept Majeur : Immortel grâce à la Magie Noire
Trouble : Ma Soif de Sang ne connait aucune limite !
Aspects : La Rédemption sera ma récompense !
Ni Elfe ... Ni Homme ... mais une Dyade !
Guerrier Née
Nouveau
Voir le profil de l'utilisateur

Personnage
Santé:
100/100  (100/100)
Rangs:
RangsCompétences
Superbe
RemarquableCorps à Corps
BonAthlétisme - Discrétion
MoyenTir - Volonté - Physique
PassableTromperie - Équitation - Connaissances - Provocation

Trésorerie Trésorerie: 200
Sam 29 Aoû - 11:17
Citer EditerSupprimer
Nom : Gabriel - Le Damné - L'Empaleur de l'Est
Âge : Indéterminé
Race : Numénoréen Noir, modifié par la sorcellerie de la Bouche de Sauron

Aspects :

- Concept Général : « Immortel grâce à la Magie Noire »
- Trouble : « Ma Soif de Sang ne connait aucune limite ! »
- « La Rédemption sera ma récompense ! »
- « Ni Elfe ... Ni Homme ... mais une Dyade ! »
- « Guerrier Née »

- Concept Général : « Immortel grâce à la Magie Noire »

Après avoir loyalement servit la Bouche de Sauron pendant des décennies, Gabriel est devenu son bras droit et son "assistant". La Bouche de Sauron, trop hautaine pour s'en aller quérir les ingrédients lui même, demande à son bras droit de s'en charger. Après mainte observation, le Numénoréen est capable de reproduire le breuvage utilisé par son Maître. Sang d'Elfe et divers ingrédients sont requis afin d'obtenir une certaine forme d'Immortalité. On prétend que ce breuvage aurait une certaine limite d'utilisation, cependant, même la Bouche de Sauron ne l'a jamais atteinte.

Gabriel devra en consommer de nouveau d'ici peu, mais ne possède plus une seule goutte de Sang Elfique. Que fera-t-il ? S'attaquera-t-il de nouveau aux Elfes afin de s'emparer de son sang ? Brisant ainsi son serment de rédemption ? Ou arrivera-t-il à se pardonner et affrontera-t-il le Jugement des Valar ?


- Trouble : « Ma Soif de Sang ne connait aucune limite ! »

Lorsqu'il combat, Gabriel ne peut pas, ou difficilement retenir ses pulsions primitives et succombe au plaisir que lui procure la barbarie, le massacre, le sang et tout ce qui s'y réfère. Gabriel est un monstre ... qui le revendiquera fièrement, comme si c'était sa plus grande fierté. C'est une coquille qu'il maintient pour se protéger de sa culpabilité.


- « La Rédemption sera ma récompense ! »

Comme dit précédemment, Gabriel est rongé par la culpabilité de ce qu'il a fait jadis, ce qui ne l'empêche pas de réitérer ses massacres, lorsqu'il perd le contrôle de ses pulsions meurtrières. Néanmoins, Gabriel cherche plus que tout à se pardonner ... afin de pouvoir affronter le Jugement des Valar le cœur léger. De plus, Gabriel se méprise d'avoir été manipulé par le Seigneur Noir si facilement ... il espère avoir une chance de se venger avant de quitter ce monde. Sa nature hybride est aussi une source de haine envers lui-même, mais il estime dans un même temps que ça lui permettra de se venger des Ténèbres, en affrontant ses Suppôts.


« Ni Elfe ... Ni Homme ... mais une Dyade ! »

Une Dyade signifie la réunion de deux principes philosophiques qui se complètent réciproquement. Gabriel n'est plus un simple Numénoréen Noir, puisqu'il a épousé certains traits elfiques en s'abreuvant de leur sang. Pas aussi puissant que son Mentor, Gabriel subit quelques modifications physiques avec l'utilisation de cette sorcellerie. Désormais, il est stérile. Si il n'a pas hérité de l'ouïe et de la vision elfique, sa rapidité et sa force dépasse le commun des mortels et lui permet d'égaler les Elfes de bas rang, ses capacités sont bien loin de celle des Premiers Nées.


« Guerrier Née »

Gabriel combat depuis qu'il est née. C'est sa raison de vivre, de respirer et il ne sait rien faire d'autre que ça. Formée dans l'un des Temples de Morgoth, il suivit un entraînement rigoureux, comparable à celui de Hasharin du Harad. Cela fait plusieurs siècles que Gabriel fait couler le sang, ce n'est donc pas un adversaire à prendre à la légère. Compétent au corps à corps comme dans les arts martiaux, c'est un animal sanguinaire qui ne s'arrêtera pas avant qu'il n'ait mit son adversaire en pièce.



Description Physique : Gabriel fait près de deux mètres pour un poids moyen de 86 kilogrammes. C'est un homme au visage sévère, une barbe de quelques jours, des cernes sous les yeux, témoignant des cauchemars dont il est la victime. Ses cheveux sont châtains, une frange pendant à l'avant. Fait notable, ses yeux sont d'un bleu absolument glaciale, apportant encore plus des mystères au personnage. Le Numénoréen Noir arbore néanmoins une apparence agréable, sans pour autant prétendre égaler la magnificence des Elfes. Gabriel apparait la majorité du temps dans une cape semblable à celle des Rôdeurs du Nord, à la différence d'un col en fourrure lui permettant de résister à la froideur du Nord. Gabriel possède aussi une cape adapté à ses voyages dans le Sud-Est. Toutes sont équipés de capuches.

Sous cette tenue de voyageur errant, il porte une armure en cuir renforcé, adapté à ses techniques de combats, mêlant armes blanches et corps à corps, destiné à déstabiliser l'ennemi. De plus, il brandit une épée longue, ainsi qu'une dague elfique, qu'il déroba sur le cadavre du premier elfe pour le rituel. Gabriel porte une tenue sombre, lui permettant de passer quasiment inaperçu dans la nuit.

Description Psychologique : Gabriel n'aime qu'une seule chose : Faire couler le sang de ses ennemis. Néanmoins, il est capable de faire prendre de sentiments, bien que ceux-ci soient plus facilement orienté dans une envie de massacres. Ceci dit, le Numénoréen est très loin de s'en contenter. Incapable de se regarder dans une glace, il se méprise et se maudit chaque jours de sa vie. Regrettant ce qu'il réalisa dans son passé, Gabriel est poussé à vivre par son envie de mensonge, envers le Temple où il fut formé, mais aussi contre toutes créatures servant Morgoth ou le défunt Sauron. Ainsi, il espère obtenir une sorte de rédemption, pour ses fautes passées. Seulement Gabriel est incapable à se résoudre à mourir, apeuré par le jugement des Valar et pour ce qu'ils pourraient lui faire subir. La vie éternel, c'est le don qui lui fut transmit, bien que non volontairement, par la Bouche de Sauron. Cette "malédiction", l'oblige à tuer, ou bien blesser suffisamment ses adversaires elfes pour leur prélever une partie de leur sang. Le restant du temps, il en stock une petite partie dans une fiole qu'il garde précieusement sur lui, en l'utilisant avec parcimonie. Mais si il obtint la vie éternelle, il perdit aussi le "pouvoir" naturel de conférer la vie. Effectivement, lors de sa métamorphose, la Dyade devint stérile, incapable, désormais, de créer la vie. Bien qu'il n'ait jamais eu de relation sentimental, ou même sexuel avec le sexe opposé, Gabriel pratiqua à certaines occasions le viol, lors de ses pillages en tant qu'Inquisiteur. Gabriel s'intéresse peu au plaisir charnel, le massacre lui procure un plaisir bien au delà. Le don d'ôter la vie, de la priver de son possesseur. L'entendre le supplier puis ... contempler la lumière dans ses yeux vacillante, jusqu'à disparaître. Ainsi, éventuellement, oui, il a peu être des héritiers qu'il n'a jamais rencontrer, enfin, si ces femmes ont survécus à ces nuits sanglantes.

Gabriel est donc un psychopathe, incapable de réfréner ses besoins de violences, mais désirant se racheter aux yeux des Touts Puissants. Une chose est certaine ... c'est pas gagné !

Histoire :

Cher libérateur,

Qui suis-je ? C'est une question que je ne cesse de me poser, encore et encore, sans ne jamais trouver de réponse. Pourquoi le Père de Toutes Choses m'a-t-il permis d'exister ? Je ne sais pas … penses-tu que j'aurai ma réponse un jour ? Suis-je bête … personne ne lira ces mots, sinon l'Homme qui mettra fin à mon existence et sans que je trouve de réponse à cette question existentielle.

Je m'appelle Gabriel … mon nom ? Je l'ai oublié bien des années, bien avant que j'écrive ces mots sur du papier. Ma vie commença alors que le Seigneur des Ténèbres, Sauron, régnait encore sur les Terres du Mordor. Avant même que je naisse, mon destin était de servir celui que tous appelaient « Dieu ». Je suis Numénoréen Noir, tout droit venu du sombre Temple de Morgoth résident quelque part dans le  vaste désert du Harad. Il s'agit d'un lieu remplit de tourments … de tortures … à l'enseignement le plus sombre qui puisse exister. Mais comment pouvais-je le savoir ? Comment aurai-je pu mettre en doute les paroles que l'on avait gravé dans la mémoire depuis ma naissance ? Comme vous pouvez facilement l'imaginer, l'amour n'existait pas. On grandissait dans la douleur, la solitude et la tristesse , se réconfortant dans le Culte qui permit à Sauron de dominer tout l'Est. Nous étions ses prêcheurs, ses élites même, mais moi … on me confia un rôle bien différent. Très tôt immergé dans sa magie la plus sombre … nous étions destinés … et convaincu, de faire ce qui était juste. Le Culte de Morgoth avait fait de nous ses Inquisiteurs … répandent sa justice divine.

J'étais jeune et naïf, persuadé que Morgoth m'avait choisi pour la seule chose que je savais faire : Éliminer les infidèles. Ce fût un travail dans lequel j'excellais … un prodige disait-on. Aussi redouté par mes frères que par mes ennemis. J'étais un Haut Inquisiteur. Par courant tout l'Ouest, à la tête d'une centaine d'homme, afin de traquer sans relâche les faibles, les traîtres et les infidèles à ce que j'estimais être la volonté de Dieu, notre seul Dieu, Morgoth. Mes faits d'armes furent nombreux, trop même ? J'avais éliminé de mes mains bon nombres de personnes, des innocents le plus souvent. On me demandait même pas de vérifier les rumeurs … toutes personnes suspectés était systématiquement abattus … sans que jamais je n'hésite. J'aimai ça … le sang ruisselant sur le sol … s’imprégnant sur mes mains … recouvrant  mon visage … j'avais dédié ma vie à ça … et ça me procurait des sentiments de puissances … de jouissances … je n'avais besoin de rien d'autre dans ma vie. Aujourd'hui … j'en ai honte … mais je ne peux pas les refouler … qui peut-il prétendre être parfait ? Ce n'est assurément pas mon triste cas.

Au cours de ma vie, j'ai pu parcourir bien des contrées, finissant par me forger une véritable renommée, j'étais craint par tous … l'Inquisiteur Gabriel … rien que ce nom les faisaient frémir de peur. Mais lorsque j'étais à leur porte … c'était trop tard. Si vous m'aviez vu à cette époque … mes hommes me considéraient comme le bras armée de Morgoth … succombant parfois à cette … tentation ? Massacrant des villages, alors qu'un seul homme n'était coupable … j'étais incapable de m'arrêter … j'étais … non … je suis … un monstre. Mes regrets, si j'en ai ? Ce fût que notre Père, Eru … me donne la chance de recevoir la vie. Qu'il permette que je sois ainsi ! N'étais-je pas destiné dès ma création à servir tout ce qu'il y avait de pire sur cette pitoyable terre ?! N'étais-je pas le parfait soldat pour une entité diabolique … pour Sauron ?! Oooh si ! Et son subordonné le remarqua très vite !

Après près de quarante longues années de massacre, je fus un jour convoqué à la Tour Sombre. Persuadé que mes massacres avaient fini par me porter préjudice, ce fut craintif que je me rendis à Barad Dûr, la forteresse du Seigneur des Ténèbres. Ce ne fût pas celui que je considérai comme mon Dieu qui me reçut, mais le seul homme qui pouvait se vanter de le connaître mieux que quiconque. Celui que tout le Mordor désigna comme la Bouche de Sauron. Son porte voix, son esclave le plus doué … qui, disait-on, avait vécu plus d'une vie. Gabriel … ou rien ! Je ne représentai rien à ses yeux … sinon un homme parmi les autres. Lui, il avait dépassé cette condition … il était devenu aussi immortel que les elfes … du moins, c'était ce que je croyais. Rien n'est immortel, tôt ou tard, chaque choses fini par disparaître. Il en était de même pour l’Hérault de la Tour Sombre, qui, chaque jours, voyait la mort le rattraper. L'immortalité avait un prix, un lourd prix que je découvris malheureusement bien trop tard. Je fus choisi pour le servir, lui et son Maître. Je devins son bras droit, le suivant dans chacune de ses missions, mais jamais, oh grand jamais, je ne pus le suivre dans la salle du trône, où résidait continuellement le Seigneur des Ténèbres. Et les massacres ne prirent pas fin … quiconque offusquait, celui qui était désormais mon Maître, finissait empalé sur une pique, afin de donner un avertissement aux autres. Après mon statut d'Inquisiteur, j'étais une fois de plus … le juge et le bourreau.

Lorsqu'il était parfois trop occupé, il me confiait la charge de rassembler … certains … ingrédients. Oh ! Non pour une spécialité culinaire, mais comme je vous l'avais dit, pour assurer son avenir aux côtés de notre Guide. Certains étaient assez simples à trouver, mais j'étais outré de n'être rien d'autre qu'un garçon de course. Seulement, je me gardais bien de lui faire remarquer … Néanmoins … l'ingrédient principal, était le plus difficile à obtenir … l'Hérault du Mordor ne devait guère en consommer plus d'une fois tous les an … mais pour parvenir à … ce miracle, le monstre devait absorber du sang elfique … couplé avec une magie des plus noires, que Sauron lui-même lui confia. Le Numénoréen au Service du Sauron, avait capturé il y a bien longtemps un elfe qu'il gardait captif, s'emparant de son sang, lorsque le moment était venu. Au fil des années, je pus comprendre comment il s'y prenait, ce ne fut pas simple, mais une fois la forme mémorisé, j'estimais être capable de reproduire son œuvre. Mais … il fut clair sur une chose : Jamais … jamais je ne pourrais en faire usage pour moi-même. Et puis … comment lui cacher une chose aussi flagrante ? Ce genre de magie laisse des traces dans l'air, il s'en serait rendu compte bien assez tôt … je présume que mon destin aurait été bien pire que la mort.

C'est ainsi que je devins … le suivant … de la Bouche de Sauron. Alors que la Guerre allait toucher à sa fin d'ici peu. Alors que le Gondor était assiégé. Moi, Gabriel, je fus dépêché au Nord, vers les sombres contrées de Dol Guldûr. Comme vous le savez sûrement, l'extension du Mordor se faisait aussi à travers la Forêt Noire, refuge des Elfes Sylvains, soutenu dans cette guerre par les Elfes et les Galadhims de la Lothlorien.

Le Seigneur Khamûl, serviteur de l'Unique, dût s'absenter, déléguant la campagne du Nord à ses officiers. Pour une raison que j'ignore, mais que nous pouvons deviner, tous les Cavaliers Noires devaient se rassembler au Mordor. Rapidement, ces incompétents prirent des décisions stupides. Déterminé à porter un coup décisif à la Coalition du Nord, ils se mirent en tête de prendre les Halls de Thranduil … forteresse qu'on n'eut même pas la chance d’apercevoir. Une chance pour mon âme … je suppose. Je combattis comme un homme de mon rang le pouvait, mais je fus très vite dépassé par la grâce, la rapidité et l'adresse au combat de ces elfes. Je parvins à en abattre moins d'une dizaine, avec l'aide d'orcs et d'hommes … de manière très peu chevaleresque, je le crains. Mon seul espoir … fut de les attaquer lorsqu'ils étaient déjà occupé … bien que leurs sens les avertirent de ma présence à de nombreuses reprises.

Persuadé que ce serait mon dernier combat avant de quitter ce monde, je voulais … non … je rêvais d'un combat ultime contre un représentant de cette race si pur … alors que j'étais son antithèse. Partout où j'allais, c'était pour apporter le chaos … quel ironie n'est-ce pas ? Que d'être anéantit par ce qu'on croyait être … le « mal » ? Tout n'est qu'une question de point de vue … la mienne, qui finit finalement par se brouiller. Allais-je mourir ?

Jamais je ne pourrais décrire ce que je ressentais à cette instant présent. Un mélange de peur et de jouissance. Des sentiments contradictoires, alors que la vie me quittait petit à petit. Mon adversaire, lui, tomba lourdement au sol. Les morsures de la lame de mon adversaire coulaient à flots. Je me sentais dépérir … lorsque j’aperçus une ombre au dessus de moi … puis … rien. Le néant. L'oubli. Oui … c'est ça … qui m'accompagna durant les dix années suivantes. Enfermé dans les cachots de la cité des Elfes … j'étais seul. Mon Dieu ? Il m'avait quitté … il nous avait abandonné. J'étais comme un enfant … cherchant désespérément la mère qui l'avait élevé, lui avait inculqué une façon de penser, ou plutôt de non-pensée. Une vie d'embrigadement, où jamais, je n'avais remis en doute ce qu'on m'avait imposé de faire. Contrairement à ce que je voudrais que ce soit … j'avais aimé ne pas réfléchir … tant qu'on me laissait faire ce pourquoi j'étais né. Tant qu'on me laissait goûter à ces merveilleux et terribles bains de sangs.

Dans les geôles elfiques, nous pouvions entendre les chants elfiques, qu'ils chantonnaient, pleurant leurs morts et honorant ceux qui étaient encore en vie. Au début, je n'éprouvais que de la haine envers ce peuple … si infâme. Certains de mes camarades, eux aussi condamné à l'oubli, moururent … soit en désobéissant à leurs geôliers … soit en se battant entre eux. Ma réputation m'avait tenu à l’abri de toutes cette barbarie … bien heureusement pour eux. Puis je fus le dernier. Curieux et désireux de comprendre cette étrange race, je réussis à entretenir des liens, certes primaires, avec un de mes gardiens. Le questionnant régulièrement, sur leurs croyances, leurs espoirs et bien des choses encore. Briser un siècle d'embrigadement n'était pas chose aisé … mais petit à petit, inconsciemment, ma curiosité parvint à me faire réaliser bien des choses. C'est ainsi que je compris que comme beaucoup je fus dupé. J'en revins à mon questionnement, un peu plus haut. Pourquoi Eru m'avait-il créé ? Dans quel but ? Je n'étais qu'une erreur de la nature, une créature adorant le sang et la violence. J'avais peur et je me dégoûtais de ma faiblesse d'esprit.

Les mois suivantes furent très bénéfiques pour moi. J'appris bien des choses, quelques petites bricoles chaque jours … qui finirent par m'ouvrir les yeux. Oh … je n'espérais pas devenir un Saint, être pardonné de tous mes crimes. Non, une chose était certaine et je le savais, tôt ou tard, je devrais répondre de mes crimes devant les Valar. Chose que j'appris durant ma captivité. Plus les jours passaient, et plus un sentiment m'envahissait : La soif de rédemption … la promesse de racheter mes fautes … Non pas pour les Valar, mais pour moi, mon salut … avant de définitivement quitter ce monde. Sauron m'avait menti, comme il mentait à d’innombrables peuples, croyant, aveuglément, qu'il était un Dieu. Il me fut si difficile d'accepter cette vérité, mais il parvint à me convaincre. Il me conta bien des choses ... le Mensonge de Sauron à Eregion ... puis le massacre qui s'en suivit. L'existence des Valar, de Morgoth, le traître. C'est ainsi que j'ai prit conscience de mon insouciance, mon ignorance. On m'avait façonné ... puis on m'avait appris à ne rien savoir. A croire, aveuglément, sans chercher de réponse à des questions que je ne me posais même pas. "Marche et crève". Tel était la devise. Le Seigneur du Mordor n'avait que faire de nous, et il en était probablement de même pour son Maître. C'est alors que je pris la décision marquant un tournant dans ma vie : Je traquerai et massacrerai les serviteurs du mal. Tous ces êtres qui nous mentent. Et lorsque je serai prêt ... je retournerai au Temple qui m'avait formé ... et je leurs montrerai ô combien ils l'avaient bien fait. Ô combien j'avais été un bon élève ... Ainsi, ils réaliseront que leur Maître et Dieu, ne va pas les protéger de ma fureur.

Puis les mois devenant des années, j'attendis qu'une occasion se présente pour m'échapper et réaliser … ma rédemption ! Après tout, j'avais encore bien des années devant moi. Mon souhait finit par s’exaucer … les Valar n'avaient peut être pas perdu foi en moi … me laissaient-ils une seconde chance pour me racheter ? Le Roi Thranduil rassembla ses hommes et son armée … de ce que je compris … la Coalition du Nord s’apprêtait à prendre Dol Guldur. Dernier survivant des captifs, je fus emmené avec eux pour voir l'un des derniers bastions du Mal tomber. Quelle importance pour moi ? J'avais été qu'un lamentable pion. On me retint dans une cage, au bout du camp alors que je pouvais entendre d'ici les cris des soldats ainsi que du choc des rochers s'écrasant contre les murailles. Les elfes, trop occupé à se battre plutôt qu'à surveiller un pauvre homme, ne se soucièrent guère de ma présence, me donnant tout juste de quoi manger.

Alors que les forces du Mal effectuaient une sortie, ils parvinrent à aller plus loin que les Seigneurs Elfes et Nains l'avaient prévus. Certains hommes, principalement des Balchoths de la Brèche Est ainsi que des orcs, tombèrent sur moi. Alors que je leur criais à l'aide, un d'en eux daigna me lancer un couteau. Puis, après plusieurs essais, j'ouvris la serrure de ma prison rudimentaire et … pris la fuite à travers la forêt. Je courais aussi vite que je pouvais … aussi vite que les Valar me le permirent afin d'échapper à mes geôliers. Il me fallut plusieurs jours afin d’apercevoir enfin l'orée de la Forêt Noire.

Soudain, je ressentis une vive douleur à la jambe droite. Une flèche elfique venait de m'érafler la jambe, entaillant mes mollets encore fatigué. Épuisé, je chancelai avant de m’écraser lourdement sur le sol. L'Elfe se rapprocha de moi, méfiant, alors que je gisais dans l'herbe. Lorsqu'il fût assez prêt, je le taclai … il tomba. Mais vif comme l'éclair, il eut rapidement le dessus sur moi et parvint à l’immobiliser, cherchant désespérément à attraper la dague dans un fourreau à ma cuisse. Dague qu'il ne trouva pas, puisqu'elle se trouvait entre mes mains. J'ai frappé à maintes reprises, jusqu'à ce que je n'entende plus son souffle laborieux, jusqu'à ce que l'étincelle dans ces yeux finisse par s'éteindre à jamais. Une fois de plus, j'étais couvert du sang de mon ennemi, une fois de plus, j'y ai éprouvé de la satisfaction, la fierté d'avoir été le plus fort, même si je m'en sortais avec une vilaine blessure à ma jambe.

Une fois la jouissance passée, je ressentis de la rancœur, de la honte. Les Valar m'avaient donner une seconde chance et je l'avais déjà gâché en tuant un des enfants d'Eru, notre père à tous. J'avais une fois de plus échoué. Contemplant le sang répandue, je pris conscience que ma rédemption serait très longue à obtenir, qu'une vie ne suffirait pas à payer ma dette. Je pris alors une lourde décision qui changea à jamais le cours de ma vie. Cette vie, aussi précieuse, soit-elle, ne serait pas sacrifié en vain. La vieillesse ne m'emporterait pas … seul une lame me prendrait la vie … lors, et je l'espère, d'un combat grandiose et honorable.

Usant du savoir qu'on m'avait enseigné à la Tour Sombre, je pus concocter la potion qui damnerait à jamais ma vie. Aucun pardon ne serait accorder. Mais … j'avais peur de la mort … peur d'affronter mes créateurs. Quel autre choix avais-je ? Si la rédemption ne pouvait m'être accordé, alors peut être que je pourrais soulager mon âme … et mon cœur. C'est une chance que seul le temps peut m'accorder. Pour le peu que ça m'apporte.

Prenant mon courage à deux mains, j'ai récupéré dans la gourde de l'Elfe une partie de son sang. Ainsi conservé, je partis dans la forêt en quête des ingrédients manquants. Une fois fait … une fois ma magie, encore présente dans la forêt noire, lié à cette potion j'engloutis cet infecte breuvage , cul-sec. Si les effets ne se firent pas ressentir sur le moment, je fus brutalement la victime de convulsion, jusqu'à ce que je perde connaissance. Lorsque je parvins à me réveiller … j'avais changer. Mon corps avait changer. J'étais plus rapide, plus fort que les autres hommes, bien que je n'égale pas les puissants Premiers Nées Elfes. Néanmoins, je sentais dans mes veines une nouvelle aura, me rendant plus fort, me redonnant confiance. Mais dans cette vie, tout avait un prix. Ce prix ... fut la stérilité. De plus, mes sentiments furent eux aussi décuplé … et pas les meilleurs. Mon passé me rattrapait … et ma soif de sang ne connaissait plus aucune limite. La plus banale bagarre de taverne pouvait se transformer en véritable bain de sang. Je n'avais plus le contrôle … j'étais devenu un monstre bien pire qu'avant. Arriverais-je à concilier les deux ? Mon instabilité psychologique ainsi que mon désir de rédemption ? Jusqu'alors … Non. J’arpente les tavernes en quêtes d'alcool pour soulager ma conscience … Après tous ces siècles, mes réserves de sang elfiques s'assèchent … devrais-je en tuer un de nouveau afin de pouvoir survivre ? Car une seule chose est certaine : Je ne suis pas prêt à affronter le Jugement des Valar …

Je vous suis infiniment reconnaissant d'avoir accompli ce que je n'ai jamais eu le courage de faire moi-même : mettre fin à ma pathétique existence ... Je l'ai longtemps prolongé, lâchement, avec de sombres artifices que j'ai volé à mon ancien Maître. J'espère pouvoir utiliser ce que le Mal m'a apporté afin de le combattre. Suis-je un illuminé ? Ou bien un sombre fou ?Quoiqu'il en soit, je sais qu’aujourd’hui, lorsque vous lirez ces mots, j'aurai affronté les fautes de mon passé, face aux Valar qui m'auront jugé ... pour le meilleur, comme pour le pire. Mais merci ... vraiment ... merci à vous !

Puissent les Valar vous protéger !
Compétences : Voir la liste des compétences disponibles.
+4 Remarquable : Corps à Corps
+3 Bon : Athlétisme - Discrétion
+2 Moyen : Tir - Volonté - Physique
+1 Passable : Tromperie - Équitation - Connaissances - Provocation

________

Si il y a le moindre problème avec les pouvoirs, il y a pas de soucis, on peut en discuter. Je tiens juste à préciser que Gabriel n'est pas un sorcier. C'est probablement le seul rituel qu'il sache vraiment réaliser. Ce remède prolonge seulement son espérance de vie, une épée aura facilement raison de sa chair. (Je suis désolé pour les fautes, je les corrigerai demain, j'ai passé une bonne partie de la nuit à écrire cette histoire, donc je suis pas très frais XD)

Gabriel
Nouveau

avatar
Informations
Messages : 23
Autres Comptes : Aucun
Niveau : 1
Réputation : Inconnu(e) (I)
Concept Majeur : Immortel grâce à la Magie Noire
Trouble : Ma Soif de Sang ne connait aucune limite !
Aspects : La Rédemption sera ma récompense !
Ni Elfe ... Ni Homme ... mais une Dyade !
Guerrier Née
Nouveau
Voir le profil de l'utilisateur

Personnage
Santé:
100/100  (100/100)
Rangs:
RangsCompétences
Superbe
RemarquableCorps à Corps
BonAthlétisme - Discrétion
MoyenTir - Volonté - Physique
PassableTromperie - Équitation - Connaissances - Provocation

Trésorerie Trésorerie: 200
Lun 31 Aoû - 7:12
Citer EditerSupprimer
Je me permets de DP pour vous annoncer que j'ai terminé :D
Bon courage et merci pour la lecture :D

Tulkas Astaldo
Administrateur
Maître du Jeu

avatar
Informations
Messages : 660
Autres Comptes : Farosir Dertion (Royaume réunifié)
AdministrateurMaître du Jeu
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 8 Sep - 23:25
Citer EditerSupprimer
Tout d'abord, je tiens à te présenter mes plus sincères excuses pour tout le retard pris dans la lecture et la critique de cette fiche de présentation. Mea culpa !

Cette fiche de présentation m'a énormément intéressée. La psychologie du personnage ainsi que son histoire, ancrée dans la chronologie, sont toutes deux très bien construites. Néanmoins, je souhaiterais revoir quelques points avant de valider cette fiche. J'ai remarqué de nombreuses coquilles tout au long de la présentation, mais ayant lu ton message, je ne m'en suis pas inquiété outre mesure. Toutefois, à plusieurs reprises, c'est-à-dire deux ou trois fois, j'ai relevé des féminins qui servaient à décrire ton personnage, comme « guerrier née ». S'agit-il uniquement de fautes de frappe ou bien d'une certaine incertitude quant à la nature du personnage après qu'il ait bu cette potion et qu'il soit devenu stérile — voire davantage ? En parlant de cette stérilité, comment l'a-t-il apprise ? J'imagine que son histoire passée ne l'a pas souvent amenée à rencontrer des personnages féminins, ou du moins des personnes desquelles il a pu avoir connaissance d'une future naissance. Ou bien voulais-tu uniquement d'un problème rétrograde ? On entre certes dans le détail, mais je trouve que c'est un point intéressant concernant encore une fois la psychologie du personnage.

Ce qui m'intrigue également, c'est le développement de sa rédemption et sa prise de conscience du fait qu'il était un pion. Je trouve cet aspect moins développé. Est-ce un oubli ou bien un souhait d’approfondissement in-rp ?

Concernant les capacités physiques de ton personnage, elles seront de toute manière limitées par les niveaux des différentes compétences choisies, sur lesquelles il n'y a aucun problème. Niveau équipement, l'épée longue et la dague correspondent aux deux équipements offensifs attribués lors de la présentation, mais il faudra se limiter à une épée classique pour le moment, l'intégralité des équipements n'ayant pas été réalisée. Tu peux également choisir un équipement défensif au choix.

Il me semble t'avoir tout dit. Je serai éventuellement injoignable de demain à vendredi, la connexion dans ma cité U dépendant de la bonne volonté de l'administration...



Crédits iconographiques:
 

Gabriel
Nouveau

avatar
Informations
Messages : 23
Autres Comptes : Aucun
Niveau : 1
Réputation : Inconnu(e) (I)
Concept Majeur : Immortel grâce à la Magie Noire
Trouble : Ma Soif de Sang ne connait aucune limite !
Aspects : La Rédemption sera ma récompense !
Ni Elfe ... Ni Homme ... mais une Dyade !
Guerrier Née
Nouveau
Voir le profil de l'utilisateur

Personnage
Santé:
100/100  (100/100)
Rangs:
RangsCompétences
Superbe
RemarquableCorps à Corps
BonAthlétisme - Discrétion
MoyenTir - Volonté - Physique
PassableTromperie - Équitation - Connaissances - Provocation

Trésorerie Trésorerie: 200
Mer 23 Sep - 19:35
Citer EditerSupprimer
Voilà ! J'ai enfin trouvé le temps de finir ma fiche T_T

J'espère que les modifications conviendront ! :D

Tulkas Astaldo
Administrateur
Maître du Jeu

avatar
Informations
Messages : 660
Autres Comptes : Farosir Dertion (Royaume réunifié)
AdministrateurMaître du Jeu
Voir le profil de l'utilisateur
Sam 26 Sep - 16:22
Citer EditerSupprimer
Bonjour !

Merci pour ces modifications, a priori, tout ce qui devait être revu l'a été. Je te valide donc parmi les neutres.


Voilà ce que nous te conseillons de faire avant de commencer le RP :

- Mets ton profil et ta feuille de personnage à jour. Normalement, tu dois désormais pouvoir remplir tous les champs sauf ceux réservés à la modération (réputation etc...) :
Note : Pour l'inventaire, tu peux prendre une pièce d'armure et deux armes (n'importe lesquelles), et de n'importe quels matériaux Communs. La liste des armes disponibles sur le forum se trouve dans la boutique générale et les matériaux dans le sujet sur l'artisanat. Tu commences avec 200 Ecus que tu peux d'ailleurs dépenser dans la boutique.. (tu peux te donner quelques objets annexes telle que monture etc... en plus)

- Dans ton profil, ajoutes dans le champ Dégâts ceux d'une de tes arme, et dans le champ Protection, celle de ton armure combinée.

- Si tu le souhaites, fais ton sujet de demandes de rps, puis mets un lien vers celle-ci dans ton profil (champ "Demandes de RPs") pour que les joueurs puissent te demander de jouer avec eux s'ils le souhaitent.

Bon jeu sur New Shadow !!



Crédits iconographiques:
 

Contenu sponsorisé


Citer EditerSupprimer

Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-