Partagez|

Aédé Crooner - Petite Hobbit épique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Aédé
Petite Hobbit épique

avatar
Informations
Messages : 7
Autres Comptes : Aucun
Niveau : 1
Réputation : Inconnu(e)
Concept Majeur : “De ces glorieux guerriers, nobles et preux / Je chanterai les exploits valeureux.”
Trouble : “Je voudrais tant que ce monde ait la gloire / Que lui prêtent souvent mes vieux grimoires.”
Aspects : “Jamais n'accompagnerai un guerrier
Qui ne soit à la justice dédié.”

“On m'a toujours taxé d'être fouineuse ;
Il n'est pas faux que je suis très curieuse.”

“Tout individu que je juge infâme
De moi recevra de terribles blâmes.”
Dégâts15 Protection10
Petite Hobbit épique
Voir le profil de l'utilisateur

Personnage
Santé:
100/100  (100/100)
Rangs:
RangsCompétences
Superbe
RemarquableVolonté
BonConnaissance, Effraction
MoyenTromperie, Discrétion, Perception
PassableÉquitation, Empathie, Contacts, Provocation

Trésorerie Trésorerie: 200
Mer 9 Sep - 22:45
Citer EditerSupprimer


Nom : Aédé Crooner (Hobitique) & Linnathelyn Lennoltha (Sindarin).

Âge : 23 ans.

Race : Hobbit.


Aspects :

- Concept Général:
“De ces glorieux guerriers, nobles et preux
Je chanterai les exploits valeureux.”
Je pars à l'aventure
Pour rechercher
Des héros en armure
Et ébaucher
Tout un poème épique.

- Trouble :
“Je voudrais tant que ce monde ait la gloire
Que lui prêtent toujours mes vieux grimoires.”
À force d'avoir lu
Tous ces récits,
J'ai pensée farfelue :
Le monde aussi
Est un poème épique.

- Aspect :
“Jamais n'accompagnerai un guerrier
Qui ne soit à la justice dédié.”
Pour qui voudra chanter
Les grands héros
Il faut que ces derniers
Soient tous moraux
Comme un poème épique.

- Aspects :
“On m'a toujours taxé d'être fouineuse ;
Il n'est pas faux que je suis très curieuse.”
Ils m'ont poussé, ces mythes,
À bien vouloir
Acquérir, moi, Hobbit,
Plus grand savoir
Qu'en un poème épique.

- Aspects :
“Tout individu que je juge infâme
De moi recevra de terribles blâmes.”
Qui n'est pas valeureux
N'a pas d'honneur
Et me paraît odieux
Sans la splendeur
Qu'a un poème épique.


Description Physique :

Petite Hobbit mince et menue :
Telle est mon apparence.
On voit en moi une ingénue,
Effet de ma jouvence.
J'ai cheveux blonds, j'ai mèches rousses,
Sur ma petite tête.
Mon nez surgit de ma frimousse
En forme de trompette.

Ce petit corps est revêtu
D'habits tout encrassés,
Boueux, crottés, tout distendus,
Plutôt mal repassés.
Cet apparat de saligaude,
Ces airs d'enfant pas sage,
Sont – je l'avoue, qui suis maraude –
Dus à mon long voyage.

Mais si jamais vous me croisez
Ce que je peux vous dire
C'est qu'avant tout vous retiendrez
Mes deux yeux, ces saphirs,
Toujours enclins au badinage,
Toujours un peu moqueurs,
Toujours perdus dans les nuages,
Toujours un peu rêveurs.


Description Psychologique :

Si je devais, en quelques vers,
Vous retracer et vous brosser
Les grands traits de mon caractère
Sans me vanter ni m'abaisser,
Je vous dirais en premier lieu
Que je me trouve emplie d'audace :
Rien ne m'arrête, à part les dieux,
Je suis d'un naturel pugnace.
En bonne Hobbit, c'est la malice
Qui me permet de compenser
Mes dimensions si peu propices
Face à tous ces gens élancés.
Bien que je sois fort malicieuse
– Oui, le voici, c'est mon défaut –,
Je suis aussi bien plus curieuse
Qu'en général il ne le faut.
J'aime en effet à me remplir
L'esprit de mil et mil savoirs :
Bien des récits pourraient nourrir
Ma mémoire à n'en plus pouvoir.
Hauts-faits, exploits, nobles prouesses
De grands héros aux grand renom :
Tels sont mes goûts, moi, poétesse,
Moi qui veux en chanter les noms.


Histoire :

Petite Hobbit
Sans grand mérite,
Je viens de la Comté,
Et mon histoire
Encor sans gloire
Je vais vous raconter.

Jadis, donzelle
Et jouvencelle,
Ah, j'aimais à entendre
Les hallebardes
De nos bardes
Et leurs accents si tendres.
Ils récitaient
Sans hésiter
Les exploits millénaires
De nos grands dieux
Et nos aïeux
En des chants séculaires.
Moi, j'écoutais
Épouvantée
Tous ces exploits d'antan,
Et, inspirée,
Je désirais
En faire tout autant.

Finalement
Je crois vraiment
Que ce qui m'a poussé
À désirer
Me consacrer
À ces récits passés
C'est la parlote
De la bigote
Qui me sert de grand-mère :
Je l'écoutais
Qui débitait
Ses paroles en l'air,
Quand tout à coup
Avec beaucoup
De détails fastidieux
Elle parla
Dans son blabla
De l'un de nos aïeux.
C'était le grand
Et endurant
Samsagace – oui, oui, lui ! –
Oui, ce grand homme
Que d'aucuns nomment
Plutôt Sam Gamegie.
Si m'en souviens
Je serais bien...
Euh... L'arrière-petite-
Fille du frère...
Euh... de son père ?
De sa mère ? J'hésite...

Bref, ce qui compte
Pour notre conte
Ce que mon sang à moi
Vient d'un grand homme
– Héros en somme –
De quoi vous laisser cois.

Donc un beau jour,
Mue par l'amour
De tous ces haut guerriers,
Bien dévolue,
Je résolus
Mon destin d'y dédier.
Toute ma hargne
Et mon épargne
M'ont permis en boutique
De m'acheter
Mon désiré
Instrument de musique.
Tous les matins
Ayant atteint
Un rocher solitaire,
Je m'exerçai
Sans me lasser
Sur mon art à parfaire.

Je commençais
À progresser
Quand un beau jour me vint
Un beau guerrier,
Un chevalier,
Issu du genre humain.
Il m'expliqua
Qu'il était là
Pour servir les seigneurs,
Qu'il leur louait
Sa noble épée
Et son insigne honneur.

Tout obsédée
Par cette idée
Que je le pourrais suivre,
Je m'enquerrai
S'il désirait
Ses aventures vivre
En compagnie
Jours comme nuit
D'une jeune chanteuse.
Il me dit oui
Sans plus de bruit
– Attitude flatteuse.
Il voulut juste
Savoir au juste
Pourquoi je le suivrais.
Je lui dis tous
Les rêves fous
Que vivre je voudrais.
Il ne prit guère
À la légère
Mes projets d'aventure,
Et put y voir
Un bel espoir
Pour son renom futur.

Mon baluchon
Tout maigrichon
Fut fin prêt en un soir.
Le lendemain,
Au beau matin,
On partit pour la gloire.
Chemin faisant,
Rien d'accablant
Ne croisa notre route :
Nul malotru
Qu'il eût fallu
D'un coup mettre en déroute.

Mais un beau jour,
Par un détour
D'un bois et d'un grand fleuve,
D'un coup surgirent
De tristes sires,
Notre première épreuve.
Hélas pour nous,
Ces pauvres fous
Étaient bien trop nombreux
Tant et si bien
Qu'on ne put rien
Faire contre ces gueux.
Mon chevalier
Bien familier
À ces situations
Me dit : « Hobbit !
Prends donc la fuite
Non sans obstination ! »

Ains', nous fuyions,
Courrions, longions
De ce fleuve les rives,
N'en pouvions plus,
Quand apparut
Une chance d'esquive.
Eh oui, soudain,
Un long chemin
Dans les eaux s'est tracé,
Nous permettant,
Déconcertant,
D'enfin les traverser.
Nos poursuivants,
En arrivant
À l'entrée de l'issue,
Furent noyés
Et avalés
Par les ondées cossues.

Mais nous, sauvés
Et arrivés
Sains et saufs sur la rive,
Virent un homme,
Un vieux bonhomme,
À la barbe éruptive,
Et se dressait
À ses côtés,
Une elfe au beau visage,
Grâce ineffable,
Inégalable,
De ces êtres sans age.
Je ne sais guère
Si ce pauvre hère
Peut être à l'origine
De ce miracle,
Et ce spectacle
Qui des malfrats fut ruine.

Ce fut ainsi
Que – je le dis –
Se croisèrent nos pas.
Nous nous unîmes
Et lors partîmes
Pour la grande Edoras.
Mon chevalier
Bien effrayé
Et moi, autant que lui,
Aux grands seigneurs,
De nos malheurs
Nous fîmes le récit.
Ils nous donnèrent,
Nous, missionnaires,
Quatre chevaux fougueux,
Voulant alors
Que vers le nord
Nous partions, valeureux.

Pauvre poète,
Ici s'arrête
Cette petite histoire :
Oui, pour l'instant,
Rien d'exaltant
Qui mérite la gloire.
Mais quel devin
Pourrait donc bien
L'issue nous annoncer
De l'aventure
Que le futur
Saura nous réserver ?

Compétences :
+4Remarquable : Volonté.
+3 Bon : Connaissance & Effraction.
+2 Moyen : Tromperie, Discrétion & Perception.
+1 Passable : Équitation, Empathie, Contacts & Provocation.

Tulkas Astaldo
Administrateur
Maître du Jeu

avatar
Informations
Messages : 660
Autres Comptes : Farosir Dertion (Royaume réunifié)
AdministrateurMaître du Jeu
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 11 Sep - 23:01
Citer EditerSupprimer
Bonsoir !

Que dire devant cette originale et excellente présentation sinon qu'il n'est que possible de la valider sans plus attendre ?
Je me charge de mettre à jour ta fiche de rp. Je te laisse toutefois te charger de remplir l'inventaire (deux équipements offensifs, un défensif).

Bon jeu chez nous !

Tulkas



Crédits iconographiques:
 
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-